Camp - Cassin - Camp Safety

Stéphanie Maureau guide de haute montagne, passionnée et généreuse.

11 Juin 2019
Evènements
stephanie maureau camp guide haute montagne

 

Stéphanie Maureau guide de haute montagne, passionnée et généreuse.

Stéphanie nous explique ce qui la fait le plus vibrer dans son métier mais aussi ses projets à venir suite aux changements dans sa vie personnelle.

- Qu’est-ce que le métier de guide représente pour vous ?

Pour moi le métier de guide c'est : partager les passions que j'aime et faire découvrir la montagne sous toutes ses formes à mes clients et les émotions qu'elle peut procurer.

- Depuis quand pratiquez-vous ce métier ?

Je suis devenu guide en 2012, après trois ans de travail comme aspirant-guide. Avant cela, j'étais monitrice d'escalade (depuis 2004). 

- Pratiquez-la montagne depuis votre enfance ?  Ou avez-vous commencé a pratiquer la montagne pour pouvoir devenir guide ?

J'ai toujours fait de la montagne et de l'escalade, mes parents étaient des passionnés. Je suis monté sur mon premier 3000 (le Gioberney) à 9 ans et mon premier 4000 (la barre des Ecrins) à 11 ans.

- Pourquoi avoir choisi ce métier ?

Je n'ai pas toujours voulu être guide en fait. C'est pendant mes études que je me suis lancée dans les compétitions de glace et ça m'a tellement plu que j'ai décidé de passer mon BEES escalade, ce qui me laissait du temps pour m’entraîner et partir en compétition l'hiver. J'ai continué à pratiquer l'alpinisme estival et hivernal et c'est naturellement que je me suis tournée vers le métier de guide. J'ai toujours aimé partager mes passions et les enseigner aux autres.

- En dehors de votre métier, allez-vous souvent en montagne ou pratiquez-vous souvent des sports en rapport avec la montagne ?

En dehors de mon métier, je grimpe énormément. A mes yeux, l'escalade est un art de vivre. J'en ai besoin. C'est ma drogue, tout simplement... Et j'aime partir en montagne en amateur, ou avec mes proches. J'ai encore plein de projets dans ma tête, plein de voies à faire. Pour le moment, j'ai deux enfants en bas âge alors ils me laissent moins de temps, mais ça m'apprend à m’organiser encore un peu plus.

- Quelle partie de votre métier vous plait le plus ? Pourquoi ?

J'aime tout encadrer.Nous vivons dans un endroit où nous avons la chance d'avoir quatre saisons et j'aime jouer et changer d'activités. Je ne pourrais pas me passer de grimpe mais un hiver sans ski ou glace serait bien triste !

- Vous avez dû réaliser une multitude de sommets mais pour vous, le ou lesquels sont les plus importants ? Pourquoi ?

Pour moi, chaque journée en montagne, en bonne compagnie, est agréable. Les sommets faciles sont magiques, car c'est là qu'on fait découvrir ce monde merveilleux aux gens. Les voies plus compliquées demandent plus de concentrations et c'est encore un partage différent avec nos clients. Non pour moi, qu'importe la montagne tant que la passion et le partage sont là.

- Lors de votre année 2018/début 2019 vous avez dû mener à bout plusieurs projets, pouvez-vous nous en racontez l’un d’entre eux ?

Ces dernières années, ma vie de famille a perturbé quelques peu mes grands projets de montagne. Je dirais que pour le moment, le plus gros reste le bonheur de mes enfants. Je me suis axée sur l'escalade, plus facile à réaliser avec mes enfants.

J'ai réussi à faire une chose qui me tenait à cœur cet hiver, c’était d'emmener mon père skier le glacier de la Brenva qui est, à mes yeux, une des plus belles descentes.  On avait un créneau super court et ça s'est décidé en une journée. C'était magique.

- Avez-vous prévu dans l’année qui arrive d’aller découvrira/ouvrir de nouvelles voies et/ou de réaliser un projet qui vous tient à cœur ?

Je prévois de retourner en montagne avec les clients, ce que j'ai fait un peu moins ces dernières années. 

Et j'aimerais reprendre le dry-tooling un petit peu. J'ai eu besoin de faire une pause quelques temps mais je sens que la glace me manque. Mes piolets me manquent. Pourquoi pas un voyage de glace pour l'année prochaine. Alors je dirais : Montagne cet été, grimpe cet automne et glace l'hiver prochain.

- Avez-vous un sommet que vous rêvez de faire ? Pourquoi celui-là plus qu’un autre ?

Il y a tellement de chose à faire. Très simplement, j'aimerais retourner dans les Dolomites pour grimper quelques grandes voies (entre autres la Cassin à la Cima Ouest). 

Et un sommet qui restera un rêve ? Oui, c'est bête mais je crois que j'aimerais aller sur l'Everest, comme tout le monde, parce que c'est la plus haute montagne...